idf.net  
   


Entretien avec Damien Bancal (Taz Magazine)

http://www.zataz.com/

CH: Bonjour. Avant tout, est-ce que vous pouvez vous presenter a nos lecteurs. Quels sont vos formation, experience et surtout, qu'est-ce qui vous amene a frequenter le milieu Internet et plus particulierement celui des hackers ?

DB: Je me nomme Damien Bancal, 27 ans, journaliste pour Europe 2, Proliber Edition et Acbm Edition, formation communication publicitaire bac +4.

Cote experience, j'ai bosse entre autre pour amstar et cpc ou encore Tilt, pour ce qui touche a l'informatique et une trentaine d'autres magazines depuis (Pirates mag, Netzoom...).

Ce qui m'a amene a frequenter l'internet c'est le boulot, c'est un outil indispensable pour moi. Pour ce qui est du hacking, je frequente depuis que je suis sur cpc 464 des bidouilleurs en tout genre, les adeptes du hacking en font parti. J'ai lance TAz comme une carte de visite a de futurs employeurs.

Je suis journaliste, autant montrer ce que je sais trouver et comment je peux en parler.

CH: Mais avant d'aller plus loin, il me semble important de definir le terme "hacker"... Qu'est-ce que c'est ?

Tant que j'y suis... Pouvez vous me dire a quoi correspondent ces autres termes : pirates, phreaker, cracker... Il y en a d'autres dans le meme genre ?

DB: Le hacker, si on prend le terme brut, c'est un criminel qui penetre un systeme informatique sans y avoir ete invite. Pour moi, le "hacker" est plutot un curieux qui se lance des defits. Le defit de casser une protection, de trouver la faille. Aussi etrange que cela puisse paraitre il veut tout d'abord faire avancer les choses.

Apres bien sur, il y a les autres. Ceux qui ont les techniques de hackers, mais qui n'ont pas l'ethique.

Pour ce qui est du vocabulaire on peut definir le pirate comme celui qui copie logiciels, musiques... Le phreakers lui est plutot specialise dans le piratage du telephone. Ne pas payer est son but premier. Il utilise pour cela tout un arsenal qui ferait palir James Bond, de la box (tres rare en France, en passant par la petite de Nintendo, la game boy). Le cracker est celui qui enleve les protection, les securites. Il crack un logiciel, un mot de passe...

CH: Pour quelle raison les hackers se choisissent-ils des "pseudos" et font-ils partie de sorte de "clans" ? Si c'est un peu comme le monde de l'entreprise, il doit arriver que certains clans rachetent, recuperent des hackers d'autres clans, non ?

DB: C'est avant tout par securite. Il ne faut pas oublier qu'un hacker est avant tout un criminel face a la loi. Vaut mieux eviter de mettre sur une page piratee "Didier X a hacke ce site". Ensuite par plaisir du mystere. Il ne faut pas oublier que le plaisir de se cacher passe aussi dans un personnage que ce cree le hacker.

Meme principe pour le groupe. Ils sont rare, mais essaient de regrouper des competences differentes. Pour ce qui est de la comparaison a une entreprise, il existe effectivement des recrutements sauvages et un turn over important.

CH: Pourquoi le milieu des hackers fait-il aussi peur ? Et qu'est-ce qui peut bien faire peur a ce milieu ?

DB: Ils ont une arme, que pour le moment, tres peu de personnes possedent. Cette arme n'est ni la technique, ni la puissance d'une machine. C'est juste le temps. Un hacker, souvent lyceen ou etudiant, a le temps de passer toutes ses vacances sur un hack.

Le milieu des hackers fait peur aussi car ils ont des techniques peu classiques. Des techniques connues une fois qu'elles ont ete utilisees.

Le milieu du hack est aussi tres parano, peur des services secrets, ceux qui nous espionnent. C'est une tradition qui s'est transformee tout doucement en culture.

CH: Quel est le point commun entre ces trois points (hormis TAZ) : hacking, virus et cryptologie ?

DB: Ce sont des armes. A la veille de l'an 2000 le hacking, les virus et la cryptologie permettent de lancer une guerre.

Il suffit de voir la guerre en Yougoslavie avec les centaines de hacks de sites allies. Il suffit de voir en ce moment le groupe PAKISTAN HC, qui depuis le debut octobre a deja modifie plus de 60 sites pour la liberation du kashmire. (cf sur zataz.)

CH: Il me semble que de plus en plus les internautes s'interressent aux hackers et que ceux-ci mettent en place, au sein de leur structure, un service de communication pour mieux faire parler d'eux. Quelle est la motivation des deux cotes ?

DB: Ca reste rare, la structure de communication. Les hackers n'ont qu'a hacker un gros site et on parlera d'eux.

Par contre les "anciens" hackers qui font parti de la legende style le Lopht, eux ne sont plus des hackers, mais de veritables chefs d'entreprise. Ils revendent leur savoir faire. Regardez le hacker israelien Ehaud, alias Analyzer, il a fait de la pub, lance son entreprise quelques semaines apres avoir hacke le Pentagone. Il est en jugement et cela ne l'empeche pas d'aider des entreprises. Pour le moment en Israel car son passport a ete confisque, mais ca montre un etat d'esprit qui change. Que ce soit du cote des hacker que des victimes.

CH: Le fait de parler autant des "hackers" ces derniers temps, le fait que ceux-ci communiquent beaucoup plus aupres de la presse, n'est-ce pas un rique d'enlever le cote "underground" de ce monde?

DB: Oui et non. On en parle beaucoup car on a plus facilement acces au web. Quand on voit qu'un site comme TF1 se fait hacker le soir de la fete de l'internet, on ne peut pas ne pas en parler. Des milliers de personnes l'ont vu en quelques heures...

CH: Quelle est la signification du mot "TAZ" ?

DB: Tempory Anonymous Zone. Le theme du journaliste fantome, le new yorkais Hakin Bey. Je l'ai un peu modifie.

CH: Un petit resume de la vie Taz Magazine a travers des dates significatives ?

DB: Un an 1/2 de vie. Plus de 1 millions 1/2 de visiteurs. 42 000 lecteurs hebdomadaire pour la News lettre de TAz. 8 fois hackes. Ca c'est pour les chiffres.

Cote moment significatif ! Vivre en quasi temps reel le hack de TF1. La decouverte que Multimania ait ete hacke avec 151 000 mots de passe dans la nature. Des rencontres avec des gens pas comme les autres, que se soit des personnes aimant TAz, ou le detestant au point de m'envoyer une fausse bombe a la maison, ou encore des abonnements a des magazines de la scientologie ou au club barbie.

CH: Qu'est-ce qui vous a donne envie de mettre en route un journal discutant de ce milieu des hackers ? Faire le pendant a 2600 et aux autres revues de ce genre ?

DB: Ce qui me donne envie ? En fait TAz est avant tout une carte de visite pour de futurs employeurs. Ensuite, j'aime mon metier et ca touche meme mes loisirs. J'aime informer et mettre en libre acces des infos que l'on ne trouve pas facilement. Pour conclure je ne consider pas les hackers comme des criminels et j'essaie avec mes petits moyens de montrer qu'ils ont un sacre talent.

CH: Quand on traite ce genre de sujet, on touche de pres au cote illegal des choses. Il doit etre facile de se retrouver, alors, confronte a certains problemes de la part de l'hebergeur, voire des forces de l'ordre (cyberpolice ?)... Ca a ete votre cas ?

DB: Non, car je ne suis pas fou, je me controle ;)

En fait je verifie d'abord mes infos, d'ou un retard de 12 a 24 heures. Ensuite je previens les 2 parties. Le hackers pour une petite interview et le hacke pour faire de meme. A 99 %, c'est langue et gueule de bois. Les 2 seuls cas de personnes tres communicatives furent Multimania et Kompass. Avec un vrai dialogue.

Ensuite pour ce qui touche a la Cyber police, j'ai eu 1 fois un contact avec eux, pour une interview du Commissaire Vigouroux de la BCRCI.

CH: Taz Magazine prends combien de temps et necessite le travail de combien de personnes ?

DB: Je suis seul a m'occuper de TAz. Ca me prend entre 1h30 et 2h30 par jour.

CH: Est-ce que Taz Magazine arrive a etre quelque chose de rentable ou c'est encore une chose que vous financez personnellement a 100 % ?

DB: Arf ! Rentable pas vraiment. Il me coute exactement 1800 FF par mois. Entre les 200 magazines que j'achete pour la revue de presse, les domaines .org .com..., l'espace, France telecom.

C'est couteux, mais je suis libre. J'essaie de vendre de la pub, mais les annonceurs sont frileux, les hackers ca fait peur !!! Pour ceux que ça interresse ;)

CH: Comment arrivez-vous a collecter toutes ces informations ? Quels sont vos sources ?

DB: Mes sources sont multiples.

CH: J'imagine qu'avec le succes que connait le site et l'ezine, vous devez commencer a recevoir des propositions de "grandes" societes ou structures pour les rejoindre. Quelle a ete votre reponse jusqu'ici ?

DB: J'ai eu beaucoup de propositions. J'ai des employeurs qui me laissent pas mal de marge. Acbm edition ou encore Proliber edition. Mais une femme a nourrir et des horaires de la mort avec Europe 2 me donnent aujourd'hui envie de me donner a 100 % pour une seule entreprise. Toutes les propositions sont les bienvenues.

CH: Quels sont vos projets pour la fin de l'annee et surtout pour l'annee prochaine ?

DB: Ecrire un bouquin, lancer une emission TV... Et faire un bebe :)

CH: Avec le passage a l'An 2000, vous allez avoir de quoi raconter... Y aura-t-il un special TAZ 2000 ?

DB: Oui, si je n'ai pas ete hacke d'ici la ;)

CH: Qui est Kevin Mitnick ? Que represente t-il pour vous, pour les hackers en general ? Quelle lecon ce milieu des hackers en retire t-il de la situation de Mitnick ?

DB: Mitnick represente pour la scene international un modele. Il est l'embleme d'une generation car il paie par de la prison son manque de motivation a aider les services secrets US.

Cote lecon, beaucoup pense que plus de 4 ans de prison pour une serie de hack, c'est trop, surtout sans jugement. Mais il n'y a pas que lui dans ce cas la.

Quelques chiffres :

Date de creation de TAZ magazine : Juin 98
Ouverture du site : septembre 99
Nb de visiteurs uniques par semaine : la moyenne est de 40 000
Nb de pages vues par semaine : entre 800 000 et 1 millions et 1/2
Nb d'abonnes a la mailing list : 42 544

CH: Merci beaucoup pour votre disponibilite et votre franchise.


l'auteur de cet article

Chris HEDE est, entre autres, le concepteur de l'annuaire des outils de recherche francophones ENFIN. Il s'est specialise plus particulierement dans le marketing en ligne, la promotion des sites Internet ainsi que la technologie des outils de recherche (moteurs et annuaires).

La Lettre - marketing & promotion - est un magazine electronique gratuit et en francais qui est devenu une reference incontestable dans le domaine du marketing et de la promotion.