idf.net  
   


Les sites qui reussissent (2)

En complement de l'analyse de Thierry Cazalet (La Lettre n° 25) sur le probleme de contenu je vous propose une petite analyse des raisons de cette absence d'animation de sites.

L'actualisation, un investissement "rentable".

On peut effectivement remarquer comme le faisait Thierry Cazalet dans La Lettre n°25 que les sites des entreprises et des collectivites (notamment en region) sont tres souvent figes. Depuis la date de creation : rien de nouveau !

On peut trouver plusieurs explications a cet immobilisme, a cette absence de mise a jour. Tout d'abord, le site est considere comme une plaquette "prestige", et l'image de l'entreprise n'evolue pas souvent. C'est par exemple le cas des sites de grands chateaux du bordelais. A part le nouveau millesime, quand on a presente les lieux, les vignes et la vinification, on a fait le tour !

Le site ne doit pas couter cher

C'est souvent la principale cause d'absence d'intervention sur le site. Internet, dans l'esprit des decideurs n'a pas de rentabilite immediate - pour les sites francais - et donc son cout doit etre faible. C'est ainsi que l'on voit fleurir notamment dans les collectivites des webmasters "emploi-jeune", ou service militaire civil.

L'embauche d'un webmaster sorti d'une ecole specialisee, meme mal paye, avec les charges sociales, coute cher. La solution serait de trouver quelqu'un en interne, au service communication par exemple, pour s'occuper du site. Imaginez un salarie qui trouverait le temps de s'occuper d'un nouveau support, on pourrait alors lui reprocher d'etre en sous-regime avant l'arrivee du site !

Probleme de competence

Souvent, il faut le savoir, c'est le service informatique de l'entreprise qui est responsable de la vie du site. Or, le travail des informaticiens c'est le langage, pas l'ecriture. Au mieux, cela donne une faute d'orthographe toutes les lignes, au pire, cela ne donne rien.

Et puis qui n'a pas eu affaire a l'homme de l'art, derriere sa console qui ronchonne : "c'est le bordel !" quand vous lui amenez un nouveau fichier texte a mettre en ligne a la place d'un autre.

Meme probleme du cote des hebergeurs. On a l'impression qu'il faut deplacer des montagnes pour intervenir sur le site. 15 jours, 1 mois, ou plus pour mettre en ligne une malheureuse information de 10 lignes. (si,si ca existe !)

Techniquement, c'est facile d'actualiser !

Il est effarant de constater que de nombreux "proprietaires" de sites n'ont pas de compte FTP. C'est comme si un directeur de restaurant n'avait pas acces aux cuisines ! Il n'est evidemment pas question pour lui de faire la cuisine, mais au moins il peut regarder ce qu'il se passe.

Pour un site internet, c'est la meme chose.

C'est vrai, les creatifs, les developpeurs n'aiment pas trop que l'on aille chambouler leur mise en page. Il suffit, en fait, de prevoir au depart un cahier des charges technique dans lequel sera precise les tailles des textes par rubriques.

Si le site est vivant son audience sera bonne. La rentabilite du support sera meilleure. Les decideurs accepteront alors d'investir dans des developpements. Tout le monde s'y retrouve !


l'auteur de cet article

Benjamin Rosoor est journaliste. Il est responsable de Web Report, une agence d'actualisation de site internet/intranet.
http://www.webreport.fr/